S'identifier - S'inscrire - Contact

@ E-MEL @
sensations extrêmes, arts, e-commerce, développements d'enseignes

REMUNERATION DES CONTRIBUTEURS

Podcasts, blogs, sites de partage vidéo, peer to peer, messageries intantannées, hot-spots wi-fi, commerce de photos, publicité vidéo

Partage des revenus via Internet

... Nombreux éditeurs Web s'engagent  à partager leurs revenus afin de pouvoir héberger leurs création chez les meilleurs contributeurs ...

DU COTE DE LA VIDEO

Exemple de Revver.com :

La vidéo de la réaction chimique provoquée par le mélange détonnant de bonbons Mentos et de Coca Light a fait le tour du monde. Ses deux créateurs ont ainsi pu empocher plusieurs dizaines de milliers de dollars en publiant la séquence sur le site Revver.com qui a pour particularité de rémunérer les auteurs des séquences en fonction du nombre de fois où elles ont été lues. Mais Revver.com n'est pas le seul service Web à s'être positionné sur le modèle économique de la rémunération des contributeurs. Les sites Web de ce type sont même en forte augmentation et la France commence, elle aussi, à suivre le mouvement.

Pour faire la différence et attirer le plus d'utilisateurs possible, les éditeurs de ces outils de communication sont donc de plus en plus nombreux à partager leurs revenus avec leurs contributeurs. Le modèle repose sur un cercle vertueux : plus un site propose de contenu, plus il est visité, et plus il peut monétiser son trafic. Ces revenus, souvent publicitaires, servent donc à rémunérer des utilisateurs en contrepartie de contenus nouveaux. La boucle est ainsi bouclée.
Exemple de You Tube, DailyMotion, Skype :

Si le principe de base est simple, le nombre de modèles économiques auxquels il peut s'appliquer est presque sans fin. Tous les secteurs sont d'ailleurs potentiellement concernés. Des sites majeurs de partage de vidéo, avec notamment YouTube en première position, mais également DailyMotion en France sont sur le point de sauter le pas. "Nous partageons nos revenus publicitaires sur la base 50/50 avec certains de nos meilleurs contributeurs", précise Sandra Albertoli, directrice de la publicité chez DailyMotion.
"La question est de savoir si la redistribution des revenus est viable pour l'internaute", analyse David Waroquier, directeur du fonds d'investissement Mangrove, un des investisseurs initiaux de Skype. "Si les contributeurs perçoivent quelques centimes d'euros, le système peut vite se révéler déceptif et néfaste. Mais s'il est utilisé pour attirer les meilleurs, c'est un très bon moyen". C'est d'ailleurs le modèle choisi par DailyMotion qui effectue une sélection fine et manuelle des contributeurs qui verront leurs vidéos rémunérées. Le respect du droit d'auteur est une autre raison de choix qui vise à rejeter tout contenu impropre à la publication.
DU COTE DES BLOGS
Exemple de Over-blog :
Dans cette nouvelle mouvance, les plates-formes de blogs ne sont pas en reste. C'est notamment le cas du toulousain Over-blog, deuxième service français, qui partage ses revenus publicitaires avec ses meilleurs blogueurs depuis novembre 2004. "Nous redistribuons plus de 50 % de nos revenus publicitaires sur des critères objectifs de notoriété", précise Frédéric Montagnon, le fondateur du service. Le site communautaire CitizenBay.fr, spécialisé dans le journalisme citoyen régional, a pour sa part choisi de rémunérer ses meilleurs contributeurs sur une base fixe de 1 à 5 euros par article rédigé. Le service est financé grâce à des annonceurs locaux. Le partage de revenus avec des contributeurs n'est de surcroît pas sans poser de problèmes.
Ce modèle suppose une organisation technique et logistique sans faille dès lors qu'il faut envoyer des milliers de chèques ou de virements bancaire. On ne badine pas avec l'argent et l'administration est d'ailleurs un autre frein notable. "Nous payons nos blogueurs en droits d'auteur, car c'est le seul moyen légal qui soit cumulatif avec un salaire et sans avoir besoin de demander une autorisation préalable à son employeur", précise Frédéric Montagnon de Over-Blog.
Over-blog est la deuxième plate-forme française de blogs avec un total de 141,5 millions de pages vues en novembre 2006 (source Médiamétrie-eStats) derrière Skyblog et devant Blog Spirit. Le service a été lancé en septembre 2004 et s'apprête à dévoiler une nouvelle version de sa page d'accueil d'ici à quelques semaines. La plate-forme agrège le contenu généré par plus de 500.000 blogueurs.


DU COTE DES TELECOMS 

Exemple de Fon :

Le secteur des télécoms participe également à ce nouveau phénomène. Fon, le réseau mondial de hot-spots Wi-Fi, propose aux clients qui le souhaitent d'être rémunérés en échange d'une partie de leur bande passante. Pour ce faire, ils doivent partager leur connexion Wi-Fi avec tous les individus qui veulent l'utiliser pour accéder à Internet. Fon se charge de facturer la prestation et de partager les revenus avec les Foneros concernés.
Exemple de Eodus :

Dans un style différent, la spin-off de France Telecom, Eodus, a développé une plate-forme de P2P légal d'échange communautaire. Les consommateurs et pairs du réseau sont rémunérés lorsqu'ils choisissent de partager le contenu légal de leur disque dur ou d'en faire la promotion sur le réseau. "Avec un seul contenu acheté, un internaute pourrait assez rapidement espérer voir son contenu remboursé s'il fait suffisamment de buzz et s'il laisse son PC en partage", indique Jean-Christophe Boulay, le fondateur du service.

Télécoms, peer-to-peer, vidéo, musique, blogs… Sommes-nous donc tous appelés à devenir des contributeurs rémunérés sur Internet ? Pas forcément, selon Pascal Mercier, directeur associé de Aelios Finance, société spécialisée dans le conseil aux entrepreneurs en recherche de fonds. "La rémunération est une motivation certaine, mais le contributeur veut avant tout de la reconnaissance et pas nécessairement de l'argent. YouTube n'a jamais payé personne pour héberger des millions de vidéos, sans parler de Wikipedia et de ses milliers de contributeurs bénévoles".

DU COTE DES INFORMATIONS DE PROXIMITE

Exemple de CitizenBay :

Le journalisme citoyen a le vent en poupe. Après Agoravox, c'est au tour de CitizenBay de lancer son site d'actualité dédié aux informations locales et de proximité. Le site a été lancé en octobre 2006 et est entièrement édité par ses utilisateurs qui peuvent y rédiger des articles originaux sur des sujets de leurs choix. Les auteurs des 10 articles les mieux notés par les visiteurs reçoivent pour chaque région et chaque jour entre 1 et 10 dollars. Un article accompagné d'une vidéo sera rémunéré 5 dollars.

DU COTE DE LA PHOTO

Exemple de Fotolia :

Fotolia est une place de marché internationale créée en 2004 qui permet aux internautes particuliers ou professionnels de vendre et d'acheter des photos. La banque d'image est enrichie de 10.000 nouveaux clichés chaque jour pour un total de plus de 2,5 millions de photos.

Tant de questions restent sur les menaces de poursuites judiciaires, sur les limites...

... Contenus relevé du Journal du Net ...


melanie le 26.02.07 à 11:20 dans - Lu 5219 fois - Version imprimable
Article précédent -

Bienvenue dans ma communauté...

comme moi, venez décourvrir

Contrat d'utilisation du blog

Contrat d'utilisation du site